L’ACHAT IMMOBILIER VU PAR LES COUPLES

L’ACHAT IMMOBILIER VU PAR LES COUPLES

Ils sont nombreux parmi les jeunes ménages à rêver de devenir propriétaires de leur résidence principale. L'acquisition d'un logement est un moment de la vie que 47 % des couples considèrent comme plus engageant que le fait de se marier. Comment ces primo-accédants envisagent leur avenir de propriétaire ? Quelles sont les aides financières qui incitent à l'achat des jeunes acquéreurs ? Petite mise au point avec La Résidence …

Une année record pour les acquisitions immobilières.

L'année 2017 sera pour le marché de l'immobilier une année record. Avec près de 970 000 ventes estimées dans l'ancien (+10% sur une année glissante !), un montant des crédits immobiliers accordés qui s'élève à 275 milliards d’euros et près de 400 000 logements neufs construits, les chiffres sont au beau fixe. Des résultats qui traduisent l'envie des français de posséder un logement bien à eux. Ce souhait est particulièrement partagé par les couples et les primo accédants.

Acheter un bien : un acte plus engageant que le mariage.

Une étude révèle que 47 % des jeunes français considèrent l'achat immobilier comme plus engageant que l’institution du mariage. Les chiffres varient selon la tranche d’âge, le sexe et aussi la situation matrimoniale. Ainsi les jeunes couples de 25-34 ans sont 56 % à préférer acheter à deux plutôt que de convoler en justes noces. Chez les couples plus âgés, la proportion diminue mais reste élevée avec 48 % d'entre eux qui placent le mariage en second plan. 53 % des femmes pensent que l’achat à deux est plus important que le mariage, contre 39 % pour les hommes. Quant aux célibataires, ils sont 51% à estimer que l'acquisition en couple est plus engageante que l'acte de se marier.

Des conditions d'investissement qui favorisent l'achat à deux.

67 % des emprunteurs vivent en couple, 33 % en étant unis par les liens du mariage, contre seulement 35 % qui ne le sont pas. Qu’ils soient mariés ou non, les couples peuvent acheter de plus grandes surfaces et emprunter sur des durées plus longues. Leurs apports sont souvent plus importants et les banques sont moins exigeantes quant au niveau de salaire minimum (30 000 € en moyenne pour un célibataire, contre 45 000 € pour un couple.).

Les banques apprécient particulièrement ce genre de profils. Acheter à deux, c'est bénéficier d'un emprunt supérieur qui peut se rembourser sur le long terme. Les primo accédants en ménage disposent souvent d'une capacité d'achat supérieure et leur situation est considérée comme moins risquée. De plus, emprunter à deux est synonyme d'apport de deux salaires et si la famille s'agrandit, le couple aura probablement l’occasion d’ouvrir de nouveaux comptes ou encore de souscrire à des placements d'épargne et de nouveaux crédits ... autant d’arguments chocs qui séduisent les établissements bancaires.

Résultat : les jeunes couples primo-accédants bénéficient de nombreux avantages pour financer leur acquisition. Ils peuvent ainsi obtenir des taux plus attractifs, (- de 2 % sur 20 ans) et cumuler également les atouts du PTZ (Prêt à Taux Zéro), avec d'autres aides financières, tels que le prêt d'accession sociale (PAS), le prêt conventionné, le prêt épargne logement, les prêts complémentaires ou encore le prêt immobilier classique.

Bon à savoir : pour un couple marié, le régime légal applicable de plein droit, sauf contrat de mariage, est celui de « la communauté de biens réduite aux acquêts ». Les biens acquis au cours du mariage sont réputés communs et chaque époux dispose des mêmes droits sur ces biens.